2019, l'année où les entreprises comprennent (enfin) à quoi sert la blockchain

Actualités blockchain

Blockchain / Actualités blockchain 24 Vues

Après 10 ans d’existence, la blockchain a créé son écosystème de start-up. "Depuis cinq ans que le business model des entreprises blockchain existe, le domaine représente quelque 500 personnes en France", rappelle Ivan de Lastours, pilote blockchain à Bpifrance. Un chiffre qui fait de Paris une place forte de la technologie, aux côtés de Londres et Berlin.

Réunies au salon Paris Blockchain, qui se tient à Paris les 13 et 14 novembre, plusieurs entreprises de la chaîne de blocs permettent de tracer le portrait de ce marché. Elles témoignent d’une année 2019 marquée par une sensibilisation des entreprises aux enjeux de la technologie. 

Accompagner les entreprises

"Aujourd’hui, il y a peu de solutions concrètes et réelles issues de la blockchain", observe Romain Richard, directeur technique de Postee. A partir du premier trimestre 2020, cette start-up tout juste créée va mettre à disposition son produit : un courrier recommandé numérique. "Nous allons proposer un des rares services basés sur la blockchain et accessible aux particuliers et aux professionnels", ajoute-t-il. Preuve de cette rareté, Postee est une des seules entreprises du salon à proposer un cas d’usage de la chaîne de blocs.

Les autres ont surtout vocation à faciliter la mise en place de projets blockchain dans les entreprises, à l’image de Rockside ou Blockchain Partners. La première, une start-up issue d’un projet d’Engie, propose une API qui permet aux entreprises de construire des applications facilement. "Notre but est de cacher la technologie pour que le développeur se concentre uniquement sur l’aspect business de son application", explique Corentin Denoeud, dirigeant de Rockside. La seconde, Blockchain Partners, accompagne les entreprises dans leurs projets blockchain, "de la formation au développement informatique, en passant par l’accompagnement stratégique", détaille Lorène Jaouen, directrice grands comptes de l’entreprise.

"Des projets plus cohérents"

Pour ces deux jeunes pousses, l’année 2019 marque un basculement. "Depuis mi-2019, il y a moins de projets mais avec de plus gros budgets et des investissements plus rationnels", observe Corentin Denoeud. La preuve selon lui d'une meilleure connaissance de la technologie dans les entreprises. "Ces deux dernières années, nous intervenions beaucoup pour identifier des cas d’usage, c’est beaucoup moins le cas aujourd’hui, renchérit Lorène Jaouen. Les projets sont davantage cohérents car les entreprises ont identifié l’intérêt de la blockchain."

Pour Blockchain Partners, qui a conseillé 60% des entreprises du CAC 40, cette nouvelle appréhension de la technologie va de pair avec un développement économique. "Nous avons ouvert une filiale en Suisse et nous avons de plus en plus de contrats à l’international." Un changement de paradigme qui bénéficie aussi à Rocksider. "Nous avons commencé à commercialiser notre API il y a six mois et nous avons déjà dix clients, dont Engie et EDF, mais aussi des banques et des start-up, se félicite le dirigeant de l’entreprise de dix personnes. Dix clients, c’est beaucoup dans un marché où seuls 1000 projets sont en phase de production dans le monde."

"Lorsque les géants commencent à s’y mettre, c’est bon signe"

Ces temps nouveaux semblent annoncer un début de maturité avec un intérêt grandissant des grandes entreprises. "Lorsque les géants commencent à s’y mettre, c’est bon signe, cela veut dire que les choses s’installent pour durer", argue Corentin Denoeud. Une bonne nouvelle qui, selon les entrepreneurs présents au salon, annonce l’arrivée massive de la blockchain dans les prochaines années. "2020 va connaître une augmentation des cas d'usages, prédit Romain Richard de Postee. Il faudra attendre 2025 pour qu’il y ait de la blockchain partout et qu’elle ait intégré les usages."

Et le directeur technique de rappeler, comme à chaque congrès blockchain depuis quelques années : "Nous n’en sommes encore qu’au tout début." Peut-être enfin le début de quelque chose de palpable.

Commentaires