Bertille Bayart: «Facebook ne doit pas battre monnaie»

Actualités blockchain

Blockchain / Actualités blockchain 92 Vues

CHRONIQUE - Pourquoi tant de polémiques, tant de défiance à l’égard du libra? Après tout, ce projet de monnaie ne sera pas davantage précurseur en matière de cryptomonnaie ou d’utilisation de la technologie de blockchain.

La monnaie Facebook a aussi potentiellement la capacité de contrer les mécanismes de contrôle des capitaux.
La monnaie Facebook a aussi potentiellement la capacité de contrer les mécanismes de contrôle des capitaux. Stephen Lam/REUTERS

Facebook, depuis qu’il a rendu public mi-juin son projet de monnaie, le libra, s’est vu opposer un tir de barrage d’une rare intensité. Les banques, bien sûr, mais aussi les banques centrales, les autorités financières, les gouvernements ont déjà dit tout le mal qu’ils pensaient de l’initiative du puissant réseau social et engagé des travaux pour évaluer la riposte régulatoire qu’il convient d’engager. Étonnamment, la réaction est plus vive que celle suscitée, par exemple, par la dernière fulgurance signée Elon Musk, le fondateur de Tesla et SpaceX, qui a présenté la semaine dernière son idée d’implants cérébraux connectés.

Pourquoi tant de polémiques, tant de défiance à l’égard du libra? Après tout, Facebook et ses associés dans l’aventure, comme Visa, eBay ou Uber, ne font qu’allonger la liste déjà pléthorique des sociétés qui viennent investir le champ des services financiers par le paiement, cette interface entre l’univers bancaire et le reste du monde où l’on peut collecter de la donnée

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

PREMIUM

Abonnez-vous pour 1€ seulement

annulable à tout moment

Commentaires