Facebook lance libra, sa cryptomonnaie, et une nouvelle filiale dédiée aux services financiers

Actualités blockchain

Blockchain / Actualités blockchain 24 Vues

Le réseau social Facebook a annoncé ce 18 juin, en association avec une vingtaine d’entreprises internationales, le lancement de sa propre cryptomonnaie. Baptisée libra, elle permettra aux utilisateurs via une application autonome de paiement, d'effectuer des transactions mais elle intégrera également le versement ou le paiement en libras directement dans les applications Messenger et WhatsApp, propriété de la société dirigée par Mark Zuckerberg. Objectif affiché par Facebook : simplifier, entre autres, les transferts d’argent à l’international. "Près de la moitié des adultes dans le monde n’ont pas de compte bancaire actif et ces chiffres sont encore plus élevés dans les pays en développement et pour les femmes, précise la société dans un communiqué. Le coût de cette exclusion est élevé : environ 70% des petites entreprises des pays en développement n’ont pas accès au crédit et les migrants perdent chaque année 25 milliards de dollars en frais de transfert", poursuit-elle.

A l’heure où de nombreux acteurs, traditionnels et moins traditionnels, se positionnent sur les paiements internationaux et le transfert de devises, Facebook capitalise sur l’inclusion financière, et surtout sur son audience exceptionnelle - 2,38 milliards d'utilisateurs actifs chaque mois - pour développer son wallet. Libra, qui proposera ainsi le virement instantané gratuit à partir d’un smartphone, devrait progressivement être enrichi d’autres fonctionnalités, comme le règlement de factures, l’achat d’un café ou encore le règlement d’un titre de transport. La diffusion sera mondiale reposera sur la technologie blockchain. "Cette blockchain sera ouverte aux développeurs et aux entreprises afin qu'ils puissent créer de nouveaux produits de services financiers inclusifs, pour les populations du monde entier. La monnaie sera adossée à une réserve d'actifs réels, garantissant faible volatilité, acceptation mondiale et fongibilité", ajoute Iliad, l'un des partenaires, dans un communiqué.

Un ex de PayPal à la tête de libra

La plateforme insiste particulièrement sur la sécurisation des transactions. "Nous utiliserons les mêmes processus de vérification et de lutte contre la fraude que les banques et émetteurs de cartes, et nous disposerons de systèmes automatisés qui surveilleront de manière proactive les activités afin de détecter et de prévenir les comportements frauduleux", précise-t-elle. Elle indique par ailleurs la mise en place d’une assistance dédiée en temps réel. Côté vie privée, elle se veut également rassurante. "A part des cas limités, Calibra ne partagera pas les informations de compte ou les données financières avec Facebook ou un tiers sans le consentement du client. Cela signifie que les informations de compte et les données financières des clients ne seront pas utilisées pour améliorer le ciblage des annonces publicitaires sur la famille de produits Facebook".

Les cas où les données peuvent être partagées concerneront des problématiques de sécurité des personnes et de mise en conformité avec les législations et réglementations. Quelles seront les conséquences pour les banques traditionnelles et les autres cryptommonaies, et surtout quel sera le cadre juridique applicable alors que la nouvelle directive européenne relative au paiement (DSP2) entrera en vigueur le 14 septembre prochain ? Nul doute que Facebook est en train de préparer le terrain.

Pour piloter le projet, Facebook a choisi David Marcus, ancien dirigeant de PayPal. Et pour encadrer le lancement de cette nouvelle cryptomonnaie, le réseau social lance également Calibra, une nouvelle filiale dont l’objectif est de "fournir des services financiers qui permettront aux personnes d’accéder au réseau Libra et de participer à ses activités", précise l’entreprise. Libra, premier produit officiel de Calibra, sera géré c’est un organisme à part qui sera chargé par la Libra Association, basée à Genève, et qui compte entre autres Mastercard, Visa, Stripe, PayPal, Uber, Booking, eBay, Vodafone, Farfetch, Lyft, Mercado Pago, Spotify ou encore Iliad. Libra sera lancée au premier trimestre 2020 dans un échantillon de 12 pays. 

Commentaires