L'usine des porte-monnaie numériques de Ledger est opérationnelle à Vierzon

Actualités blockchain

Blockchain / Actualités blockchain 18 Vues

Le spécialiste français des cryptomonnaies Ledger a emménagé dans sa nouvelle usine d'assemblage de boîtiers numériques à Vierzon (Cher), où il a investi 8 millions d'euros.

Livré dans l'été, le bâtiment de 4 000 m² abrite des bureaux, un entrepôt logistique et un atelier d'assemblage. Il est baptisé Ledger Plex. Pour l'instant, le site emploie une quarantaine de personnes, dont une dizaine en production. Le reste de l'effectif s'occupe des services supports et de la logistique. Une équipe de R&D, composée d'ingénieurs et de développeurs, est chargée des systèmes informatiques internes. Le site est taillé pour accueillir environ 150 personnes.

Jusqu’à 2 000 produits par jour

Le développement des produits, essentiellement des coffres-forts numériques de la taille d'une clef USB, reste assuré sur deux sites à Paris, où Ledger emploie une centaine de salariés. Le rythme de production de Ledger Plex est d'environ 1 000 à 2 000 boîtiers par jour. Ce qui est inférieur à l'année de l'explosion de Ledger, qui avait dû faire face à un million de commandes de ses Nano S en 2017.

L'entreprise présidée par Eric Larchevêque avait alors dû externaliser la production en Chine. La situation est donc plus calme actuellement. "L'équipement de l'usine va se poursuivre, mais comme le marché est assez stable, Ledger en profite pour améliorer ses process", explique David Balland, directeur du site, qui cite en exemple des boîtiers testeurs développés en interne.

Ledger est une start up qui avait levé 61 millions d'euros en 2018 pour financer sa croissance. Le géant coréen Samsung est entré au capital de la société au printemps dernier, valorisant l'entreprise autour de 260 millions d'euros. Ledger vient d'entrer dans le Next40, la premie?re se?lection annuelle des 40 jeunes pousses technologiques franc?aises, lance?e par le gouvernement. A ce titre, elle sera soutenue et suivie par les organismes publics comme Business France et Bpifrance.

Commentaires