Politiques et entreprises dans l'espoir d'une adoption massive de la blockchain

Actualités blockchain

Blockchain / Actualités blockchain 21 Vues

A quand l’adoption massive de la blockchain ? Réunis lors de la troisième édition du Forum Blockchain, le 18 juin à Paris, entrepreneurs, politiques de la majorité et institutions se sont réunis pour discuter des enjeux de cette technologie, dont l’utilisation par le grand public se fait encore attendre. 

Facebook débarque

L’application qui provoquerait un usage massif de la blockchain, comme le navigateur Netscape l’a fait avec le web dans les années 1990, ne semble pas encore arrivée. A moins que la crypto-monnaie Libra, lancée par Facebook et une vingtaine d'entreprises le même jour, ne soit cette "killer app" tant attendue.

"Personne n’a fait émerger l’usage qui fait de la blockchain l’internet de demain, a regretté Thomas Prudhomme, pilote investissement digital et accompagnement de Bpifrance. Est-ce que Facebook va y parvenir ? Je ne pense pas."

Le réseau social a pourtant une force de frappe inégalée et atteint un maximum d’usagers potentiels, comme le fait remarquer la députée (AGIR) Laure de La Raudière. "Cette nouvelle crypto-monnaie est immédiatement mise à disposition de 2,5 milliards de personnes dans le monde, dont 35 millions en France", a fait remarquer la co-rapportrice de la mission d’information sur la blockchain.

C’est moins que les 3 milliards de titulaires de cartes Visa, mais suffisant pour que Bruno Le Maire s’inquiète, à l’Assemblée nationale, que cette monnaie portée par une vingtaine d’entreprises ne devienne une "monnaie souveraine".

"Il ne faut absolument pas que la blockchain nous échappe"

La France se pose pourtant comme un pionnier dans la régulation des crypto-monnaies, cette année ayant été marquée par l’entrée en vigueur de la loi Pacte, qui comprend un volet sur les crypto-actifs. "La législation est un premier pas, affirme la députée LREM Christine Hennion. Mais il faut surtout que les professionnels s’en emparent pour voir si nous sommes allés dans le bon sens."

Mais les questions restent nombreuses, comme l’interopérabilité des différentes chaines de blocs, qu’elles soient publiques ou privées. "Si la France et l’Europe veulent une place prédominante dans le monde, il faut une normalisation et il faut parler de gouvernance, ajoute la députée. Si internet a échappé aux européens, il ne faut absolument pas que la blockchain nous échappe."

Instant Netscape

Pour que la France tienne la concurrence au niveau mondial, face à des états et des entreprises, il faut des initiatives privées, mais aussi publiques, estime le rapporteur de la mission d’information sur les crypto-monnaies Pierre Person. "Nous devons avoir une puissance publique qui intègre la technologie et qui innove sur le sujet, que ce soit au niveau des impôts ou des relations avec les citoyens, affirme le député LREM. Pour l’instant, le pouvoir public est plutôt attentiste."

Reste que dans l’esprit des professionnels, "l’instant Netscape" s’approche à grands pas. Pour François Stephan, expert de la blockchain, il est peut-être même déjà arrivé. "Prenons le pari que le 18 juin, avec l’arrivée de Libra, soit l’instant Netscape, ose-t-il. Je vais peut-être devoir expliquer la blockchain à ma belle-mère." On lui souhaite bon courage.

Commentaires