Qu’est-ce que la DeFi ou finance décentralisée ?

Actualités crypto

Crypto-monnaies / Actualités crypto 8 Vues

qu'est ce que la defi ou finance décentralisée

Continuons notre exploration des différents cas (potentiels) d’utilisation des technologies blockchain. Aujourd’hui nous nous concentrerons sur la DeFi, ou finance décentralisée en français, qui commence à devenir un écosystème très intéressant, large et complexe. Nous verrons ce qui se cache derrière le terme “Finance décentralisée“, les acteurs importants du secteur et les innovations à venir.

Qu’est ce que la finance décentralisée ?

Si on parle de finance décentralisée, est ce que l’on englobe tout l’écosystème des cryptomonnaies ? Pas vraiment, puisque si ces dernières permettent la transmission de valeur sans organes centraux de contrôle, on ne peut pas vraiment les définir comme des produits financiers. De plus, n’oublions pas le terme “décentralisé” dans l’acronyme DeFi, aujourd’hui assez peu d’acteurs dans l’écosystème sont décentralisés. En effet la plupart des plateformes d’échanges sont des entreprises classiques qui apportent des services efficients mais centralisés.

La finance décentralisée représente donc un écosystème où chacun pourrait profiter de différents services et produits financiers sans organes de contrôle. Cela veut dire que n’importe quel utilisateur pourrait par exemple accéder à des prêts, sans aucune discrimination. Aujourd’hui l’accès à la technologie n’est plus le principal obstacle pour accéder à des services financiers. En effet, la plupart des personnes en dehors du système bancaire possèdent un accès à internet. C’est d’ailleurs l’un des arguments de Libra. Il s’agit le plus souvent de problématiques d’identités ou de restrictions politiques qui empêchent l’accès aux banques. La finance décentralisée souhaite donc apporter ses services à tous, sans aucune restriction.

Aujourd’hui nous sommes au début de la DeFi, et les choses évoluent très rapidement. De nombreux projets apparaissent, et les projets existants montent en puissance. De plus en plus d’utilisateurs et donc de liquidités ainsi que de volumes arrivent sur les différentes applications DeFi. L’expérience utilisateur, l’une des principales barrières à l’adoption par le grand public, se perfectionne et la finance décentralisée débarque sur nos smartphones.

Les acteurs de la DeFi

Un écosystème repose avant tout sur les différents acteurs qui le composent. D’autant plus lorsque l’on parle de décentralisation, où la synergie entre ces acteurs peut créer des services plus intéressants pour les utilisateurs. Faisons ensemble un tour d’horizon de cet écosystème.

Plateformes d’échanges

Les plateformes décentralisées sont notamment apparue avec Ethereum. En effet les smart-contracts permettant de créer des tokens selon un standard bien précis et largement utilisé simplifient leurs mises en place. Ce sont donc des plateformes d’échange similaires aux traditionnelles, comme Coinbase ou Kraken par exemple. Mais alors que ces dernières sont centralisées, vous déposez vos fonds sur la plateforme et espérez que vous puissiez les récupérer. D’autres plateformes sont décentralisées, vos cryptos ne quittent pas vos wallets, et ce sont des échanges d’utilisateurs à utilisateurs qui sont mis en place. Ils utilisent des fonctionnalités avancées telles que les atomic swap pour permettre des échanges de tokens plus rapidement entre les utilisateurs.

Malheureusement encore en maturation, les échanges décentralisés ne proposent pas des volumes d’échanges et des interfaces aussi intéressantes que les exchanges traditionnels. Mais les DEX (échanges décentralisés) évoluent très rapidement et il est maintenant “très simple” d’utiliser leurs services. Certaines de ces plateformes décentralisées ont pour particularité de permettre l’achat et l’échange de tokens non-fongibles.

Stablecoin

Si pour beaucoup la volatilité des cryptomonnaies est une opportunité, ce n’est l’est pas pour de nombreux cas d’utilisation. En effet, effectuer un prêt dont la valeur varie avec une intensité telle que l’on peut l’observer sur les marchés ne semble pas être une très bonne idée. C’est pour cela qu’un type particulier de cryptomonnaies est apparut, les stablecoins. Ce sont des tokens dont la valeur est la plus fixe possible, et tendant vers le prix d’une monnaie fiat. Le scénario le plus commun étant l’indexation sur le dollars américain.
Il existe deux méthodes principales pour stabiliser le prix de ces tokens :

  • L’assurance par des monnaies fiat
  • L’assurance par d’autres cryptomonnaies

Le premier scénario est le plus commun, on retrouve dans cette catégorie Tether ou l’USDC par exemple. Ce sont des tokens dont la stabilité est garantie par les diffuseurs de ces derniers. En effet ce sont les fonds de ces entreprises qui, en théorie, permettent l’échange de leurs tokens avec un ratio 1/1 vers le dollar américain. Différents audits sont mis en place afin de vérifier qu’elles possèdent bien suffisamment de dollars en trésorerie pour le nombre de tokens en circulation. Ces audits font parfois le sujet de nombreuses controverses et il est difficile de déterminer si les émetteurs ont vraiment les fonds annoncés.

Le second (principal) type de stablecoin fonctionne différemment. Ils est garanti directement par des fonds en cryptomonnaies, ou plutôt sur-garanti du fait de la volatilité des cryptos. Le plus connu étant le stablecoin Dai, déployé par MakerDAO. Chacun est libre de pouvoir créer des nouveaux tokens en apportant une garantie équivalente à 150% de la création de tokens.

Prêts

L’accès aux prêts n’est pas possible pour tous, et cela même si une garantie est mise en jeu (hypothèque…). De plus, la baisse des intérêts donne peu envie aux prêteurs de rendre disponible leurs fonds. Les différents systèmes de prêts proposés par l’écosystème sont une alternative intéressante, tant pour les emprunteurs que pour les prêteurs. En effet, fonctionnant sur une base de P2P (sans intermédiaire), cela permet aux utilisateurs de prêter leurs cryptomonnaies pour en tirer quelques intérêts.

Un système de prêts décentralisés apporte donc de nombreux avantages. L’instantanéité des transactions permet le prêt sur des durées très courtes, quelques semaines par exemple. Aucune vérification de salaire n’est nécessaire, quiconque peut emprunter. Des personnes hors du système bancaire pourraient donc accéder à leurs premiers emprunts de cette manière. La plupart des prêts effectués sont fait pour être utilisés sur des plateformes d’échange utilisant des effets de leviers ou autres brokers actuellement.

Oracles décentralisés

Les prédictions de marchés décentralisés sont un composant un peu obscur de la finance décentralisée. Si ce genre de système est largement utilisé dans la finance actuelle, ils sont principalement internes, ou complètement centralisés comme Aladdin. La mise en place de ces système est complexe, malgré le potentiel de ce genre de service. Différentes solutions sont apportées par les acteurs de ce secteur, comme la mise en place de garanties en cas d’échec des prédictions, et de récompenses dans le cas contraire.

Aujourd’hui les principaux acteurs sont Augur, qui permet de réaliser des prédiction sur de nombreux sujets, ainsi que Gnosis, orienté sur les marchés cryptos. Aujourd’hui ces acteurs ont encore du mal à tirer leur épingle du jeu pour attirer des utilisateurs. Les volumes de prédictions sont encore assez bas, mais les prochaines fonctionnalités devraient permettre d’obtenir plus de tractions vers leurs services.

Les acteurs majeurs du secteur

Faisons un rapide tour d’horizon des acteurs de la finance décentralisée, et les projets qu’ils portent. Bien évidemment, je ne pourrai pas tous les présenter, et ma sélection ne signifie pas qu’il s’agit des projets les plus intéressants. Différentes thématique de la DeFi sont couvertes dans cette liste.

MakerDAO

Un des acteurs principaux de la finance décentralisée. Les services reposent principalement sur la plateforme Ethereum. Ce sont notamment les initiateurs du stablecoin Dai, dont la stabilité repose sur la mise en garantie d’ethers (et d’autres options à venir). Ces prêts garanties à hauteur de 150% permettent de stabiliser le prix du token malgré des hausses et baisses de la cryptomonnaie utilisée comme garantie.

MakerDAO fonctionne de manière décentralisée, la communauté est souvent consultée sur son développement. Le droit de vote est proportionnel au nombre de tokens Maker que les utilisateurs possèdent. Cela permet à quiconque intéressé par le projet d’y participer. En pratique c’est plus compliqué puisque récemment un vote a eu lieu afin de modifier les frais de prêts du Dai, et tout ne s’est pas passé comme on pouvait l’imaginer. En effet une seule entité possédait environ 95% du pouvoir de vote. De plus, la plupart des utilisateurs possédant des Maker ne votent pas et laissent donc une ouverture aux baleines (personnes qui possèdent de grandes quantités d’une seule crypto), cela réduit l’intérêt de mettre en place des votes.

BinanceDEX

On ne présente plus la plateforme d’échange Binance, qui a réussi à se faire une place dans ce marché concurrentiel et à se développer extrêmement rapidement en quelques années. Mais c’est de son petit frère dont nous allons parler, Binance décentralisé ou BinanceDEX. Il s’agit d’une plateforme d’échange décentralisée reposant sur la blockchain de Binance. Il fait beaucoup polémique quand à la réelle décentralisation du système. En effet le système repose sur un nombre assez faible de nœuds, bien que théoriquement cela suffise pour parler de décentralisation. Le point noir du projet est surtout son fonctionnement par rapport aux tokens de la chaîne. Si vous souhaitez échanger des bitcoins sur la plateforme, il vous faudra envoyer vos bitcoins sur Binance qui vous les troquera contre des “bitcoins.d”. C’est donc un fonctionnement trop centralisé pour réellement parler de décentralisation, vous échangez simplement des tokens d’un nouveau type liés à Binance.

Compound

Compound est une projet permettant de réaliser des prêts sur la plateforme Ethereum. Décentralisé et utilisable par n’importe quel utilisateur d’Ethereum, il permet à des possesseurs d’éthers ou certains tokens Ethereum de gagner des intérêts en les prêtant à d’autres utilisateurs. Il permet donc également à d’autres utilisateurs d’emprunter ces biens, sans avoir à négocier les termes avec un tiers de confiance. Contrairement à beaucoup de système reposant sur Ethereum, Compound n’a pas de tokens liés. En effet ils appliquent des frais pour chaque prêt effectué via leur système.

Argent

Argent est un wallet Ethereum disponible sur smartphone. Il possède une interface et une expérience utilisateur très moderne. S’il fait partie de cette liste, ce n’est pas seulement du à ses qualités. En effet même s’il a l’objectif de rendre le web décentralisé plus accessible, Argent ne permet pas seulement de stocker et transférer ses éthers et autres tokens Ethereum. Il vous donne également un accès direct à des services de la finance décentralisée.

L’équipe a intégré à l’application des services comme Compound ou MakerDAO présentés plus haut dans l’article. Si vous stockez vos éthers sur le wallet Argent, vous pouvez très facilement les mettre en garantie pour obtenir des Dai ou les prêter à d’autres utilisateurs pour obtenir des intérêts. L’utilisation est très simple, il suffit de sélectionner le token que vous voulez mettre en prêt, la quantité et c’est tout. Une véritable leçon d’expérience utilisateur !

Monolith

Monolith est selon leurs propre mots une alternative décentralisée de services bancaires. Leurs services reposent sur la plateforme Ethereum, et interagissent donc avec les différents tokens de l’écosystème. Comme la plupart des applications mobiles DeFi, l’expérience utilisateur et l’interface ont été soignés. Le wallet n’est pas custodial, cela signifie que vous êtes en pleine possession de vos éthers et autres tokens. Les fonctionnalités sont similaire à ce que l’on peut retrouver dans la FinTech, mais pour l’écosystème Ethereum. Monolith propose même une carte bancaire Visa, qui vous permet de dépenser vos cryptomonnaies chez les commerçants. A noter que cette dernière n’est disponible que pour les résidents Européen et nécessite un KYC (vérification d’identité).

Forme actuelle et perspective pour la finance décentralisée

Alors qu’il y’a quelques mois personne ne prononçait DeFi dans les conventions autour des cryptomonnaies, aujourd’hui ce mot est partout. Avons nous trouvé un nouvel Eldorado pour les utilisateurs d’Ethereum, après la course aux ICO ? Les services proposés par les différents acteurs du secteurs semblent très intéressants et le marché prometteur. Aujourd’hui encore, beaucoup de crypto-enthousiastes ne s’intéressent pas à ces innovations, la marge de progression en terme d’utilisateurs semble donc énorme. Voyons aujourd’hui ce que la finance décentralisée représente et quels sont ses perspectives d’avenir.

La finance décentralisée en quelques chiffres

A l’heure où j’écris cet article, la valeur des fonds injectés dans la finance décentralisée dépasse les 625 millions de dollars américains. Ces fonds peuvent être bloqués pour créer des Dai ou des prêts par exemple. Ce marché est largement dominé par trois projets qui sont :Maker, Compound et Synthetix. Sachant que Maker et ses Dai représentent à eux seuls la moitié des fonds bloqués, soit plus de 300 millions de dollars américains.

Pour ce qui concerne les échanges décentralisés ce sont IDEX, Kyber Network et star Bit qui sont les principaux acteurs sur la plateforme Ethereum. En effet, Etherscan affiche une dominance de ces exchanges, qui concentrent plus de 60% des transactions. Le milieu du système de paiement décentralisé est lui largement dominé (99%) par Lightning Network.

Les limitations de la finance décentralisée

Lorsque l’on parle de décentralisation, il y a souvent débat. Cela reste une notion assez abstraite et un niveau de décentralisation pourrait suffire à des utilisateurs tout en ne l’étant pas pour d’autres. Quelles sont les limitations actuelles de ce secteur ?

Tout d’abord lors de la création de projets. Pour construire vite et/ou bien, il faut souvent se regrouper en équipes. Cela nécessite un financement, une méthode de travail et des objectifs souvent centralisés autour de cette équipe. Mais une fois lancé, un projet peut tout à fait être transmis à la communauté si l’équipe n’a pas de dettes envers des investisseurs par exemple. Autre point, la plateforme sur laquelle repose le projet qui doit également être, autant si ce n’est plus, décentralisée que le projet lui même. Les interfaces développées pour que les utilisateurs puissent interagir avec le système doivent être multiples si possible et facilement compréhensibles.

La plupart des projets reposent sur des oracles afin d’obtenir des informations qui ne se trouvent pas sur la blockchain mais dans le monde réel. Cela peut être des informations de tout type, qui proviennent parfois de matériels physiques tels que des capteurs. Mais elle peuvent également provenir d’API extérieures. Si cela permet d’ajouter des fonctionnalités aux smart-contracts, cela apporte également des risques. La pluparts des informations viennent d’oracles centralisés. Ils apportent également des risques concernant les informations erronées, et nécessitent la mise en place de protocoles de traitement d’informations, provenant de différentes sources.

Les innovations en vue

Même si de nombreux services sont déjà disponibles, tout est encore à faire. En plus d’améliorer le niveau de décentralisation au fil du temps, les acteurs du secteur travaillent à de nouvelles fonctionnalités. Nous pouvons notamment citer des fonctions d’arbitrages automatisable entre différents échanges décentralisés.

Cela peut également être un des moyens d’apporter de nouveaux utilisateurs vers les plateformes telles qu’Ethereum, et donc vers les cryptomonnaies. Une expérience utilisateur soignée permet de briser l’image de services traînant une interface d’une autre décennie. De nombreuses innovations sont à venir et seulement les premières fonctionnalités ont été découvertes. Cet écosystème est donc en pleine expansion, mais arrivera-t-il à convaincre les utilisateurs ?

Aller plus loin

Pour en apprendre davantage, discuter avec les principaux acteurs de la DeFi (finance décentralisée) en France je vous recommande  le Telegram suivant : https://t.me/defifrance
C’est le Telegram du rendez-vous mensuel dédié à ce sujet : http://notion.peek.link/8Ft

Vous pouvez également vous abonner à la newsletter Openfi, réalisée par notre rédacteur Renaud Heitz : http://openfi.fr/newsletter/

RECEVEZ UN RÉCAPITULATIF DE L'ACTUALITÉ CRYPTO CHAQUE DIMANCHE

Commentaires