Un expert en crypto accusé d’avoir aidé la Corée du Nord à éviter des sanctions

Actualités crypto

Crypto-monnaies / Actualités crypto 10 Vues

Le 29 novembre, le développeur Virgil Griffith a été arrêté par les autorités américaines à l’aéroport international de Los Angeles. S’il n’avait pas l’autorisation de se rendre en Corée du Nord, l’expert aurait tout de même fait le déplacement pour tenir une conférence sur la blockchain lors de la Pyongyang Blockchain and Cryptocurrency Conference (DPRK).

Rappelons que les USA interdisent à leurs citoyens de se rendre sur le territoire depuis 2017, sauf autorisation spéciale, un droit qui n’avait pas été accordé à Griffith.

Virgil Griffith risque jusqu’à 20 ans de prison

Le procureur général adjoint, John Demers résume : « Malgré les avertissements, Griffith se serait rendu chez l’un des principaux adversaires des États-Unis, la Corée du Nord, où il aurait enseigné à son auditoire comment utiliser la technologie blockchain pour échapper aux sanctions. Par cette plainte, nous entamons le processus de recherche de la justice pour une telle conduite ».

C’est à cette occasion que Virgil Griffith aurait formé des nord-coréens sur des technologies pouvant leur permettre de contourner les sanctions américaines tout en faisant du blanchiment d’argent. Le développeur aurait également invité d’autres professionnels à se rendre sur place, indiquant vraisemblablement qu’il souhaitait renoncer à la citoyenneté américaine.

Les USA accusent l’expert d’avoir violé l’IEEEPA (International Emergency Economic Powers Act), une loi qui réglemente et autorise une restriction du commerce avec d’autres pays. L’homme risque jusqu’à 20 ans de prison.

Rappelons que la Corée du Nord a déjà fait part de sa volonté de développer sa propre cryptomonnaie pour contourner les sanctions internationales portées à son égard.

Cofondateur d’Ethereum, Vitalik Buterin a apporté son soutien à Virgil Griffith après que celui-ci ait été arrêté. Il a déclaré que le développeur n’avait fait qu’une présentation portant sur des informations déjà accessibles au public et non un tutoriel avancé menant à blanchir de l’argent.

Buterin a déclaré qu’il signait une pétition suite à un appel du développeur italien Enrico Talin, qui lui-même l’exhortait à lancer un document pour recueillir des signatures et obtenir la libération de Griffith. Pour l’instant, le cofondateur d’Ethereum n’a pas partagé le lien de la pétition en question.

Commentaires