Volvo utilise la blockchain pour tracer le cobalt utilisé dans ses batteries électriques

Actualités blockchain

Blockchain / Actualités blockchain 9 Vues

Volvo a décidé de tracer le cobalt qui entre dans la composition des batteries lithium-ion, d'après un communiqué publié le 6 novembre 2019. Le constructeur suédois a signé un accord avec ses deux fournisseurs de batteries, CATL et LG Chem, pour assurer la traçabilité de ce métal gris via la technologie blockchain. Cette annonce intervient après la révélation de la Volvo XC40 Recharge, un véhicule électrique.

du cobalt éthique

Les données de la blockchain comprendront l'origine du cobalt, le poids et la taille, la chaine de possession et des informations établissant que le comportement des participants est conforme "aux lignes directrices de l'Organisation de coopération et de développement économiques sur la chaine d'approvisionnement". Ainsi Volvo désire que "les clients sachent que les matériaux utilisés pour les batteries du véhicule qu'ils ont entre les mains ont été obtenus de façon responsable".

Une initiative déjà lancée

Amnesty International critique depuis longtemps les constructeurs automobiles pour leur manque d'implication dans la vérification de leur chaîne d'approvisionnement. D'après les chiffres de l'organisation non-gouvernementale, plus de la moitié du cobalt provient de la République démocratique du Congo (RDC) et 20 % sont extraits des mines manuellement, souvent par des enfants. A rappeler que l'inhalation répétée de cette substance peut provoquer des problèmes pulmonaires tels que de l'asthme ou la pneumonie.  

Volvo n'est pas du tout la première entreprise à s'inquiéter de ces sujets. En 2018, le projet-pilote "The Better Cobalt Pilot" a été lancé. Il vise à assurer une production d'un "cobalt éthique" à partir de petites mines. Il doit évaluer la sécurité de cinq mines artisanales. Le chinois Huyaou Cobalt, le plus grand raffineur au monde, avait participé à ce projet.

Le cobalt viendra un jour à manquer

Au-delà de l'aspect éthique, le cobalt pose d'autres problèmes. Ce minerais est une ressource non renouvelable et viendra donc un jour à manquer. En mai 2019, Tesla alertait le gouvernement américain sur la pénurie à venir pour la construction de batterie. En effet, les acteurs du numérique tirent de plus en plus la couverture vers eux au détriment de l'industrie automobile, car ils ont aussi ont besoin de cette ressource pour construire ordinateurs portables et smartphones. Entre 2012 et 2017, la demande mondiale a augmenté de pas moins de 30 %.

Commentaires